Comment créer une entreprise en France : Guide en 2022

Chaque année, de nombreux professionnels décident de se lancer dans l’aventure de créer une entreprise en France. Entre projets ambitieux, doutes, flou juridique, statut et procédures… Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. On revient pour vous sur toutes les étapes de la création d’entreprise en 2022 à travers notre guide dédié.

Créer une entreprise en France : comment procéder ?

Depuis 2020, le nombre de créations d’entreprises en France ne cesse de prospérer. La raison ? De plus en plus de professionnels souhaitent sortir du schéma de salarié « classique » pour démarrer une activité à leur compte. Ainsi, malgré la crise sanitaire qui fait rage depuis ces deux dernières années, créer une entreprise en France n’a jamais aussi en vogue : plus 800 000 nouvelles sociétés ont vu le jour en 2020, notamment sous le statut d’auto entrepreneur. Si certains secteurs sont plus populaires que d’autres (spécialement le commerce et l’immobilier), il n’en reste pas moins que, pour débuter à son compte, il faut procéder par étape. Et la première est essentielle, voire incontournable : trouver une idée.

Créer une entreprise en France peut être un vrai casse-tête si on ne procède pas par étape.
Créer une entreprise en France peut être un vrai casse-tête si on ne procède pas par étape.

Étape 1 : définir le domaine d’activité

Conseiller en gestion de patrimoine ou fleuriste ? Développeur web ou coach sportif ? Agent d’entretien ou maçon ? Quelle que soit votre profession, il est nécessaire, dans un premier temps, de définir son projet. Pour ce faire, voici nos conseils :

  • ciblez votre clientèle ;
  • choisissez un nom d’entreprise en rapport avec votre activité ;
  • étudier la concurrence ;
  • analyser l’offre et la demande, les besoins selon votre secteur géographique ;
  • budgéter les recettes à engendrer.

De cette réflexion naîtra votre business plan. Un support important si vous avez notamment besoin de financements pour vous lancer. Ce plan vous sera utile tout au long de votre nouvelle expérience professionnelle.

Une fois le nom de votre entreprise trouvé, pensez à l’enregistrer auprès de l’Inpi (Institut national de la propriété industrielle), pour le protéger afin qu’aucun concurrent ne puisse l’utiliser.

De plus en plus de français décident de travailler à leur compte.
De plus en plus de Français décident de travailler à leur compte.

Étape 2 : constituer son capital financier

Qui dit créer une entreprise en France, dit forcément coût financier. Et oui, pour se lancer, mieux vaut avoir un petit capital de côté. Si ce montant peut être sous forme financière directe, il peut aussi concerner des biens : voiture, matériel informatique, local technique… Tout cela sera à renseigner lors de la rédaction du statut de l’entreprise.

Si vous manquez de capital, contactez votre banque (et même des établissements concurrents) ou votre agence Pôle Emploi, afin de savoir si vous pouvez prétendre à des aides ou demander un financement. Plusieurs dispositifs sont mis en place, notamment pour alléger les frais de la société, généralement lors de la première année (qui est parfois la plus délicate en matière de finances).

Voici les aides auxquelles vous pouvez prétendre :

  • allègement des cotisations sociales ;
  • maintien du salaire précédent par Pôle Emploi ;
  • exonération d’impôts si installation en zone prioritaire ;
  • prêt financier à taux réduit.
Certaines aides existent pour créer une entreprise en France.
Certaines aides existent pour créer une entreprise en France.

Étape 3 : rédiger son statut

Créer une entreprise en France passe forcément par cette question : sous quel statut lancer mon activité ? SA, SARL, SCI, EURL, AE, SASU… chaque statut juridique détient son propre encadrement légal. Vous n’aurez donc pas les mêmes obligations ou avantages. Ce statut a un impact direct sur la cotisation des impôts par exemple.

Avant d’opter pour un statut juridique, vous devez prendre en compte le nombre d’associés et de salariés, mais aussi le chiffre d’affaires estimé, la responsabilité du dirigeant, l’assurance, le régime d’imposition et le régime social, la dissociation des biens professionnels et biens privés, etc…

Nous vous conseillons de bien vous renseigner sur les avantages et inconvénients de chaque statut afin d’en choisir un. De la rédaction des statuts découle l’immatriculation RCS (Registre du Commerce et des Sociétés) et l’obtention d’un numéro de TVA. Tant que vous n’avez pas reçu ces précieuses informations, votre entreprise n’existe pas.

Étape 4 : domicilier son entreprise

La domiciliation d’entreprise est une étape clé pour créer sa société. En effet, celle-ci doit être associée à une adresse postale, pour créer une entité légale. Là encore, certaines règles s’appliquent pour domicilier son entreprise. L’adresse peut être :

  • un local professionnel (magasin, bureau…) ;
  • un espace de coworking ;
  • son adresse personnelle.
La domiciliation de l'entreprise peut se faire dans un espace de coworking.
La domiciliation de l’entreprise peut se faire dans un espace de coworking.

Étape 5 : publier une annonce légale

Afin de clôturer la procédure de création d’entreprise, vous devrez publier les statuts de cette dernière dans un journal d’annonces légales. L’annonce devra être diffusée dans le département d’exercice et reprendre les points clefs de votre société comme :

  • la raison sociale ;
  • le domaine d’activité ;
  • l’identité du gérant ;
  • l’adresse du siège ;
  • le capital ;
  • l’immatriculation RCS, etc…

À savoir également qu’il existe des réglementations précises selon chaque cas de figure : procédure de sécurité dans le domaine industriel, mise en place d’un règlement intérieur, processus de comptabilité, rédaction de conditions générales de vente ou d’utilisation, mise en place du RGPD pour les sites collectant des données personnelles, séparation des biens de la société en cas de mariage, gestion du capital de l’entreprise etc…